Lapidiales 2004

du 1er juin au 31 juillet 2004

Louis Romain BARD

 

 

S'il a sillonné l'Europe, il est toujours revenu se ressourcer vers son Limousin d'adoption. L'impression de puissance qui émane de son oeuvre cache mal la sensibilité d'un garçon chez qui la finesse le dispute à la force, laquelle des deux l'emportera sur notre "monument aux morts pour rien"? A voir à la fin de ce mois de juillet.

 

 

 

 

Robert KERAMSI

 

Il pratique son art comme un qui, plein de compassion, se pencherait sur les malheurs de l'homme. Sculpteur"humanitaire", il exerce, sans demander à personne, son droit d'ingérence dans l'âme des pauvres gens. La force de sa sculpture prend tout naturellement sa place sur notre fronton à l'humanité souffrante.

 

du 15 juillet au 15 septembre 2004

Antonia MIRALLES

 

 

Cette espagnole exprime dans toute son oeuvre la féminité qui émane de son regard, de son inspiration et son émotion. Consciente de parfaire une image de la femme qu'elle transmet à la matière, elle sculpte la pierre comme d'autres brossent longuement leur chevelure devant le miroir. Le visiteur pourra s'y contempler et son imagination vagabonder au long de l'imaginaire du fleuve.

 

Thierry JIMENEZ

 

 

"Ardéchois-coeur-de-pierre", il conjugue la rudesse des roches dures avec une fragilité qu'il dissimule derrière la timidité lui servant de parure. Et pourtant... Demandez-lui de s'exprimer sur le thème de "l'imaginaire du fleuve" et vous verrez surgir de la pierre la mère de tous les fleuves.

 

 

 

Et pendant ce temps là des ateliers de sculpture et des ateliers d'écriture animés par Alain Tenenbaum et Nicole Dréau s'adressent à tous ceux qui souhaitent tâter de la création.